Nos partenaires

 
 

Historique du club

INTRODUCTION

Tout a débuté en 1936 lorsque Monsieur Piriou aidé par quelques amis décida de créer un club de football. Madame Guillermon accepta volontiers de mettre à la disposition de la toute nouvelle Union Sportive de Plouguerneau un terrain situé au Guelmeur.

Ce n’est qu’à l’issue de la Guerre que le maire, le docteur Guéguen, acheta (après d’âpres négociations) le terrain de kroaz Kenan ; celui-ci était peu adapté à la pratique du football et, pendant le temps de sa réfection, il fallut se résigner à jouer sur une prairie prêtée par Monsieur Inizan, quasiment en face de l’ancien terrain du Guelmeur, route de Guissény. Cette dernière n’avait de terrain de football que le nom mais il y avait deux buts et c’était bien là le principal …

De retour à kroaz Kenan, refait à neuf et parfaitement drainé, nous devions cependant nous changer dans le hangar de Monsieur Le Got car il n’y avait pas encore de vestiaires. Je garde un souvenir ému de cette époque : l’ambiance y était excellente, les résultats suivaient, les supporters affluaient et même certaines rencontres faisaient l’objet de paris mystérieux …

Dès lors, l’Espérance vécut à kroaz Kenan des moments intenses. Au début des années 80, la municipalité acheta et aménagea les nouveaux terrains qui ont contribué à la renommée du complexe sportif actuel. Depuis les installations n’ont jamais cessé de s’améliorer pour répondre aux exigences des équipes du club de plus en plus nombreuses et qui se doivent d’assurer à l’Espérance un avenir serein.

Que tous ceux qui ont oeuvré (certains sont inconnus) pour cela en soient chaleureusement remerciés… Georges Lindivat Ancien Président de L’Espérance

L’ESPERANCE 1939 - 1999

L’Espérance a vu le jour le 17 juin 1939 ; elle prenait ainsi la relève de l’Union Sportive de Plouguemeau, fondée en 1936, et son premier président en fut Jean-Pierre Inizan.

Après avoir « bataillé » ferme dans toutes les divisions inférieures du district (c’est l’époque de Jo Leborgne, Louis Seïté, Antoine Favé, Jean-Louis Bleunven, Jean Le Roux, Alex Le Pors, les frères Abjean, Louis Roudaut, Jo Cloarec … ), l’équipe A gagne enfin le droit de jouer en lère division, en 1958, à la grande satisfaction de Monsieur Le Ru, président depuis 1955.

Les années suivantes, l’Espérance échouera de peu dans sa quête d’accession en Promotion ; on se souvient toujours de Georges Lindivat, Iffig Cabon, Martin Corre, Roger Milin et Marcel Le Rest qui ont enflammé le stade François Loaec de kroaz Kenan qui portait depuis quelques années le nom du dévoué bénévole.

Au début des années 60, le comité directeur fait appel pour la première fois à un entraineur-joueur, Yffig Bihan, en provenance du Stade Brestois. Et puis, C’est aussi la naissance du club des supporters grâce à Maurice Léon. La présidence est désormais assumée par Georges Lindivat et la presse régionale mentionne régulièrement les joueurs du club tels Jean Fichoux, René Simon, les frères Manach, Raymond Kervella et autres Corso et Taillandier. En 1968, c’est une première, une équipe « jeunes » (les cadets) est engagé en championnat (ses dirigeants se nommaient Robert Guéguen et Gilbert Cabon).

La décennie suivante, les derbys face à Lannilis, Plouvien et Bourg-Blanc vont déchaîner les passions ; l’Espérance est alors dirigée sportivement par Maurice Kerdreux et, en 1974, l’équipe « juniors » ne s’incline qu’en finale du Finistère-Nord de la coupe Gambardella. Plusieurs de ses joueurs (André Bieunven, Pierrot Appriou, Joël Favé, Hubert Balcon et Jo Calvez … ) se distingueront ultérieurement …

Par la suite, Paul Landuré (qui connaîtra son heure de gloire au hand-ball) s’investira lui aussi dans la fonction d’entraîneur mais, en 1979, l’ambitieux Robert Théréné, devenu président, engage tour à tour deux meneurs d’hommes confirmés (Daniel Jacq et André Coat). C’est le début de la grande aventure du club qui verra l’équipe fanion atteindre la Division d’Honneur (saison 82/83). Dès lors, kroaz Kenan accueillera pendant une saison les meilleures équipes « amateurs » de l’Ouest (Lorient, Saint-Malo, Rennes, Lannion, Carhaix … ) pour le plus grand plaisir de ses nombreux supporters. Pierre Collic, Jean- Yves Abiven, Maurice Périot, Doninique Corre, Christian Prigent, Christian Le Goasduff, Marcel Abiven, Joël Favé, Pierrot Appriou, Philippe Le Deun, Michel Berder et consorts… auront contribué à cette époque de référence.

Depuis, les temps ont changé et l’Espérance évolue à nouveau en Promotion d’Honneur mais tous les présidents qui, depuis, se sont succédés (Fanch Vigouroux, Philippe Le Deun, à nouveau Robert Théréné, René Abiliou, Yvon Bescond et les actuels, Pierre Marec et Guénolé Tanguy, co-présidents) ont toujours mené leur club avec passion et sérieux aidés par des entraîneurs de qualité (Jean Vasseur, Christian Boucher, Jean-François Hamel, Gilbert Quillévéré, Jean Le Guen,Michel Lozach...) et toute une équipe de bénévoles dévoués. L’Espérance croit en son avenir, l’Espérance croit en ses jeunes …

Les temps forts de ces dernières années : un 5ème tour de coupe de France face à Concarneau, en 92/93. une 1ère place en promotion d’honneur pour l’équipe A, la saison 93/94, devancée par le Stade Lesnevien (à la différence de buts particulière) pour l’accession en DHR. En 93/94, c’est aussi un titre de champion pour les « espoirs » en critérium départemental et la saison suivante ces mêmes « espoirs » s’attribuent la coupe du district. en 97/98, l’équipe A « joue » enfin en DHR qu’elle quittera à nouveau, malheureusement, en fin de saison.

L’ESPERANCE C’EST AUSSI LES JUMELAGE L’Espérance aura été la première association sportive de Plouguerneau à nouer des contacts avec le club sportif de la D.J.K. Neckarhausen. En 1967, nous avons disputé la première rencontre marquant la naissance du jumelage.

R. Kervella, J. Fichoux, D. Jollé, J.C. Le Goff, sous la houlette de Yffig Bihan et Georges Lindivat, furent les premiers ambassadeurs de l’Espérance. En 1985, l’autre club de Neckarhausen, la Viktoria, s’est déplacé à Plouguerneau pour un premier contact et depuis les liens entre les deux clubs sont restés très forts. Les échanges, principalement entre les jeunes, ont lieu tous les deux ans sous la responsabilité d’un européen convaincu, Fanch GAC. Ces échanges entre les clubs des deux communes concernent les joueurs de 14 à 18 ans.

La rencontre sportive n’est pas la seule finalité de ces échanges, les aspects culturel et touristique y tiennent également une part importante. Le programme du séjour est élaboré par les clubs partenaires, en collaboration avec les comités de jumelage des deux communes. En 1996, l’Espérance, avec l’aide de l’association du Jumelage entre Plouguerneau et St-Gerrnans, a élargi ses horizons en nouant des contacts avec le club de football de la commune comouaillaise ; ces derniers ont abouti à des échanges réguliers entre nos jeunes footballeurs (10-14 ans). Chaque année, les jeunes anglais rendent visite à l’Espérance à l’occasion des tournois de football du mois du mai, et, à leur tour, les footballeurs plouguernéens découvrent la Cornouaille chaque mois de juillet. A l’occasion de ce soixantième anniversaire, nos amis allemands et anglais honoreront le club de leur présence, et participeront aux diverses rencontres sportives. Ces dernières années, les clubs du Krernlin Bicêtre (Paris), de Bezu St- Eloi (Eure), de l’US Laille (Rennes), d’Ouessant Sport et du Pecq (près de Versailles) ont participé aux tournois de jeunes à Kroaz Kenan. Le comité directeur de l’Espérance encourage ces divers échanges qui contribuent à renforcer l’amitié européenne.

Deux informations complémentaires à propos de l'histoire du club:

1 - les frères Abjean dont vous parlez, sont Pierre et René Abjean les fils du Maire de l'époque. Pour la petite histoire, il faut savoir que le curé de l'époque est venu demander au Maire de retirer ces fils de l'équipe de foot parce qu'elle était issue de l'école laïque (l'école du diable). Il a refusé et, aux élections suivantes, en sous main, le curé faisait campagne contre le Maire.

2 - le président en exercice en 1955 est Monsieur LE RU Ambroise, mon père et le grand-père d'Hervé LE RU.

Merci beaucoup à Jean René Le Ru